Docteur Didier Schwab & Docteur Frédéric Merlin
www.schwabmerlin.fr

Implant dentaire à Lyon 6 : Les étapes de l'implantologie assistée par ordinateur

Retour

Les étapes de l'implantologie assistée par ordinateur

Guide de chirurgie dentaire Lyon Dr SCHWAB et Dr MERLINTechnique de pose d'implant 69006Pose d'implant lyon
 

 Le traitement Implantaire Assistée par Ordinateur (IAO) se fait en plusieurs étapes

 

  • Reconstitution 3D de l’anatomie

-Visualisation 3D dynamique des structures osseuses à l’aide du cone beam réalisé au sein du cabinet dentaire.

 

  • Simulation de la pose d’implants

-Simulation ( à l’aide d’un logiciel) des implants  pour les visualiser simultanément dans tous les plans de l’espace et choisir le meilleur emplacement.

-Visualisation des conséquences de ce placement au niveau chirurgical et prothétique.

 

  • Confection du guide chirurgical

-Confection du guide chirurgical ne tolérant aucune déviation par rapport à l’axe implantaire choisi par le praticien.

 

 

Pour atteindre l’objectif d’une visualisation 3D dynamique des structures osseuses, des logiciels visant à reconstituer un objet 3D à partir d’une succession de planches 2D virent le jour. Puis le désir d’interagir avec cette reconstitution donna lieu finalement au développement de logiciels interactifs encore plus perfectionnés.

 

Ces derniers offraient la possibilité de réaliser des simulations de pose d’implants. C’est-à-dire, simuler un implant dans une position donnée pour voir, simultanément dans tous les plans de l’espace, les conséquences de ce placement au niveau chirurgical mais aussi prothétique.

 

L’étape suivante vit le jour peu de temps après, animé par le souci de faire coïncider le projet des axes de forage avec la réalité. Il s’agissait de confectionner un guide chirurgical contraignant ne tolérant aucune déviation par rapport à l’axe implantaire choisi par le praticien, à partir d’une reconstitution 3D sur un écran d’ordinateur.

 

Le prototypage rapide par stéréolithographie laser, appliqué depuis un certain temps dans l’industrie (ce procédé permet de construire un prototype en résine au lieu de le fabriquer dans son matériau définitif , ce qui serait plus long et plus coûteux) se prêtait bien à cet exercice. Il permettait de fabriquer un gabarit précis à partir de données cliniques informatiquement reconstituées. Le forage, avec passage de tous les forets, ainsi que la pose elle-même des implants au travers de ce gabarit garantissaient un placement précis. La précision était telle que l’on tenta avec succès de préparer des prothèses avant même la pose des implants.